Galerie Saint Firmin – Lyon, 2009

Bernard Bouin un silence surréel.

Il y eut, il y a toujours du Balthus dans l’œuvre du peintre Bernard Bouin qui expose à la Galerie Saint Firmin .

…Comme Balthus, Bernard Bouin cultive le mystère des êtres

et des objets. Au besoin , il le construit, il l’entretient. Ses intérieurs évoquent les préoccupations actuelles que nous trouvons chez de nombreux artistes.

Parmi ses thèmes de prédilections, il y a aussi la montagne, les polyptyques à volets ouverts, les natures mortes.

Bernard Bouin cultive une certaine matité , la couleur est retenue, ce qui donne un aspect pastel à ses compositions.

Alain Vollerin  – Lyon  – Mai – Juin 2009

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

 

Galerie de L’Europe – Paris, 2008

Bernard Bouin et ses références classiques

Bernard Bouin est un des rares artistes contemporains à revendiquer son attachement à la peinture classique. Et l’un des

rares, aussi qui pousse à ce point le souci de la connaissance technique dans l’art de peindre.
Références classiques, donc Poussin, Chardin mais aussi le Caravage, Zurbaran, Morandi, Balthus… «tous peintres de la réalité», souligne-t-il.
Cette réalité prend chez Bernard Bouin un caractère étrange, presque onirique, dans ce qu’il tente de traduire sur la toile la dimension énigmatique des choses.
Que font, que pensent ces femmes figées dans l’instant, reflétées dans un miroir, baignées par la lumière d’une fenêtre ? Que va-t-il se passer dans ces paysages urbains désertés ? Comme ce virage en bord de mer rendu sur plusieurs tableaux, le matin, à midi, le soir et qui constitue l’une des clés de l’exposition.
Bouin aime les jeux de lumière, c’est sa marque….

[ Extraits Valeurs Actuelles 4 Avril 2008 Charles Chatelin ]

Galerie de L’Europe
55 rue de Seine 75006 Paris
Du 3 avril au 3 mai 2008

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

 

Galerie de l’Europe – Paris, 2007

La peinture de Bernard Bouin appelle le silence. Le regard s’immobilise sur une scène cadrée dans laquelle la lumière instrumentalise une action, à venir ou passée.
Le temps qui est celui de la peinture, est suspendu. Les qualités picturales de l’artiste ajoutent une saveur particulière à ses compositions, dont la simplicité, la disposition des objets dans ses natures silencieuses, rigoureuses dans leur dépouillement, ou encore les paysages d’un classicisme janséniste sont l’expression visible d’un monde intérieur. Amoureusement travaillée, sa peinture ménage des effets nocturnes, des éclairages fortement contrastés sous l’action des lampadaires le long des trottoirs déserts. Bouin suggère une dramaturgie dont la peinture est redevable par le mystère qu’elle distille. Avec les Abribus, la narration se fait plus prégnante, figurant des personnages dans l’attente.

[ Gazette 11 mai 2007 Lydia Haranbourg ]

Galerie de l’Europe
55 rue de

Seine 75006 Paris
Du 26 avril au 26 mai 2007

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com