Galerie de la Sirène – Le Mans, 2010

Bien qu’elle traverse la nuit, la peinture de Bernard Bouin est une peinture de l’aube dans la mesure où elle est ce retour de confiante clarté où lentement reparaît ce qui avait été englouti.

Cette peinture est de celles qui s’abritent dans un mystère dont elle ne consent à livrer que des éclats feutrés, jamais les clés ».
[Philippe Roy – Octobre 2010]

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

Galerie de l’Europe « Rivages » – Paris, 2010

La peinture intemporelle et énigmatique de Bernard Bouin par Agnès Lecompte.

L’exposition actuellement présentée à la Galerie de l’Europe sur l’œuvre de cet artiste et intitulée « Rivages » met l’accent sur des compositions situées en bord de mer.

Les paysages figurant des étendues marines vues de terre , une clôture délimitant ces deux zones distinctes, laissent une place importante au ciel peint dans des nuances variées et sont déclinés à toutes les heures du jour et de la nuit.

Du bleu pastel au bleu foncé des clartés fluorescentes s’inscrivent sur le tableau, mais cette luminosité a parfois des accents électriques et blafards rasant la surface du sol et donnant l’impression de se perdre dans l’immensité calme des eaux.

Rarement, des personnages occupent l’espace de la toile dans ce clair-obscur peu propice à l’agitation humaine, d’autres productions de ce créateur traduisent des moments plus précis de l’existence des êtres, évoquant parfois l’attente, le manque, la solitude, le bonheur ou même la mort.

Des sentiments complexes et subtils peuvent en effet naître à l’observation de ces images souvent troublantes par leur simplicité comme si le peintre cherchait à suggérer une présente immatérielle.

Dans le cadre de cet événement pictural, les tableaux de l’infini de l’océan qui rejoint la ligne d’horizon dans une atmosphère diurne ou nocturne permet de contempler le monde de tous les possibles enveloppé d’un certain mystère.

Il sous-tend toute vie consciente même s’il est dans ces images maritimes limité et coupé, traversé par ces palissades structurant l’ensemble qui démarquent en quelque sorte deux univers, l’un peut être visible et l’autre accessible par la réflexion ou

une pensée plus métaphysique.

Art Gazette international Octobre 2010.

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

Galerie de l’Europe
55 rue de Seine
Paris 75006

Galerie de l’Europe – Paris, 2009

Paysages

Les peintures récentes de Bernard Bouin fascinent étrangement le spectateur, car nous sommes bien en face d’une image qui diffuse insensiblement une atmosphère propre à chacune des saisons. Un cycle qui renouvelle l’approche du paysage, ses formes changeantes sous la pression lumineuse. La lumière précisément, qui chez Bernard Bouin, écrit, compose une scène. La présence d’acteurs a longtemps maintenu sa peinture dans une énigme dont il ménageait chaque détail dans une narration sous-entendue propre à stimuler l’imaginaire.

Aujourd’hui, ses paysages sont déserts de toute présence. Le mystère qui les fait vivre vient de cette même lumière à laquelle le peintre dédie sa peinture. On sent bien cette quête d’une clarté impalpable, d’une transparence qu’il atteint par le travail de l’huile par des touches fondues, reprises par les complémentaires, pour parvenir à une sorte de voile qui semble plaqué sur le paysage. D’où le sentiment d’un paysage sidéré, mais non désincarné, car tangible d’une myriade points lumineux, mais intemporel malgré la saisie de son portrait saisonnier. La froidure de l’hiver répond à la saturation de l’été, et la fraîcheur volubile du printemps à celle des rousseurs de l’automne. Bosquets, haies, plaines ponctuées d’arbres, vallées arborées se contemplent dans un silence absolu.
Se consacrer au paysage avec tant de soumission au sujet est rare et audacieux. Hors mode et hors du temps, tel fut toujours l’engagement de Bernard Bouin

qui conjugue cette nouvelle thématique au temps de la peinture.

[ Gazette du  16 Octobre 2009  Lydia Harambourg ]

Galerie de l’Europe
55 rue de Seine
Paris 75006

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

Galerie Saint Firmin – Lyon, 2009

Bernard Bouin un silence surréel.

Il y eut, il y a toujours du Balthus dans l’œuvre du peintre Bernard Bouin qui expose à la Galerie Saint Firmin .

…Comme Balthus, Bernard Bouin cultive le mystère des êtres

et des objets. Au besoin , il le construit, il l’entretient. Ses intérieurs évoquent les préoccupations actuelles que nous trouvons chez de nombreux artistes.

Parmi ses thèmes de prédilections, il y a aussi la montagne, les polyptyques à volets ouverts, les natures mortes.

Bernard Bouin cultive une certaine matité , la couleur est retenue, ce qui donne un aspect pastel à ses compositions.

Alain Vollerin  – Lyon  – Mai – Juin 2009

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

 

Galerie de L’Europe – Paris, 2008

Bernard Bouin et ses références classiques

Bernard Bouin est un des rares artistes contemporains à revendiquer son attachement à la peinture classique. Et l’un des

rares, aussi qui pousse à ce point le souci de la connaissance technique dans l’art de peindre.
Références classiques, donc Poussin, Chardin mais aussi le Caravage, Zurbaran, Morandi, Balthus… «tous peintres de la réalité», souligne-t-il.
Cette réalité prend chez Bernard Bouin un caractère étrange, presque onirique, dans ce qu’il tente de traduire sur la toile la dimension énigmatique des choses.
Que font, que pensent ces femmes figées dans l’instant, reflétées dans un miroir, baignées par la lumière d’une fenêtre ? Que va-t-il se passer dans ces paysages urbains désertés ? Comme ce virage en bord de mer rendu sur plusieurs tableaux, le matin, à midi, le soir et qui constitue l’une des clés de l’exposition.
Bouin aime les jeux de lumière, c’est sa marque….

[ Extraits Valeurs Actuelles 4 Avril 2008 Charles Chatelin ]

Galerie de L’Europe
55 rue de Seine 75006 Paris
Du 3 avril au 3 mai 2008

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

 

Galerie de l’Europe – Paris, 2007

La peinture de Bernard Bouin appelle le silence. Le regard s’immobilise sur une scène cadrée dans laquelle la lumière instrumentalise une action, à venir ou passée.
Le temps qui est celui de la peinture, est suspendu. Les qualités picturales de l’artiste ajoutent une saveur particulière à ses compositions, dont la simplicité, la disposition des objets dans ses natures silencieuses, rigoureuses dans leur dépouillement, ou encore les paysages d’un classicisme janséniste sont l’expression visible d’un monde intérieur. Amoureusement travaillée, sa peinture ménage des effets nocturnes, des éclairages fortement contrastés sous l’action des lampadaires le long des trottoirs déserts. Bouin suggère une dramaturgie dont la peinture est redevable par le mystère qu’elle distille. Avec les Abribus, la narration se fait plus prégnante, figurant des personnages dans l’attente.

[ Gazette 11 mai 2007 Lydia Haranbourg ]

Galerie de l’Europe
55 rue de

Seine 75006 Paris
Du 26 avril au 26 mai 2007

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com