Galerie Visconti – Paris, 1993

Gazette Hôtel Drouot par Marc Hérissé

La lumière, qui envahit les toiles veloutées de Bernard Bouin, est le plus souvent artificielle. Et si elle est parfois diurne, elle n’est pas pour autant naturelle ou réaliste. Il y a du symboliste chez ce peintre qui, dans ses sujets, s’interroge aussi bien sur la solitude que sur l’incommunicabilité. Dans le filigrane de ces oeuvres attachantes, discrètes et silencieuses: une réflexion sur l’absurdité de l’univers.

[ Gazette Hôtel Drouot 26 Février 1993 – Marc Hérissé ]

 

Les toiles présentées ci-dessous ont été exposées dans la Galerie Visconti à Paris, en Février 1993.

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com

Galerie Art Comparaison – Nantes, 1992

Dans les toiles de Bernard Bouin se cotoient l’étrange et le familier, le temps et les êtres semblent arrêtés dans leur mouvement et les personnages statiques, ne regardent qu’à l’intérieur d’eux-mêmes.

Même côte à côte, ils ne sentent pas qu’ils se touchent, comme irrémédiablement séparés, subissant leur vie, baignés dans une lumière artificielle.

Chez Bernard Bouin, il ya du Hopper , du Chirico, et pourtant les influences si visibles soient-elles, Bernard Bouin sait les maîtriser et les mettre au service d’un travail esthétique, personnel et authentique.

Revue d’Art ARTENSION Mars 1992

Les toiles présentées ci-dessous ont été exposées dans la Galerie Art Comparaison à Nantes, en Avril 1992.

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com