"Le Chant du Jour" - Installation peinture et musique (1999-2008)

 

Bouin-Cocset

 

 

 

Le chant du jour est le fruit de la rencontre entre Bernard Bouin et le violoncelliste Bruno Cocset.

Il s'agit d'un cheminement pictural composé de quatre œuvres de Bernard Bouin de 1999 à 2008, et de la musique de Bruno Cocset en 2007

 

Peintures : Bernard Bouin

Musique : Bruno Cocset et les Basses Réunies

Vidéo : Olivier Bouin

 

Instantané entre œuvre picturale et musique, cette installation vous invite à vivre en temps réel la rencontre de deux mondes artistiques.

Ce n’est donc pas seulement une exposition d’œuvres picturales mais la concrétisation d’un échange en temps réel entre l’art pictural et la musique… une partition où peinture et musique deviennent indissociables.

L’ensemble Le Chant du jour est composé de 3 polyptyques de 5 toiles représentant les heures du jour, les âges de la vie et, face à cet ensemble, un dessin au crayon pastel blanc sur toile de format vertical appelé « Nuit/Chaos ».

Outre le cheminement que les 4 œuvres proposent, chaque polyptyque est mis en résonance, tel un prolongement harmonique et rythmique, par une musique du 17ème ou 18ème siècle.

Devant l’installation des peintures, la musique choisie et jouée par Bruno Cocset et son ensemble, Les Basses Réunies, est diffusée sous forme d’enregistrements.

Tout en tentant d’en capter l’essence, cette musique nous propose grâce à son intemporalité soit une immersion sensorielle propice à l’abandon, soit un contrepoint donnant, tel une danse, naissance à une nouvelle respiration.

 

Les peintures

Le polyptyque « Le crépuscule » – 1999

 

 

C’est 1999 que j’ai terminé le polyptyque « Crépuscule » appelé alors « La montagne » à la suite d’une voyage à l’Ile de la Réunion.

Cette œuvre peinte se voulait une vibration lumineuse comme une musique.

Cette peinture de grande taille 114 x 730 cm fut exposée de nombreuses fois depuis 1999, plus particulièrement lors d’une rétrospective au Musée Estrine à Saint Rémy de Provence en 2003, au Musée des Beaux Arts de Vannes dans le cadre de l’exposition « Silences et Réalités 2004 », au Musée des Beaux Arts de Mons ( Belgique)« Le temps suspendu 2005 ».

 

 

 

Prenant pour base de travail le polyptyque « Crépuscule », en 2007, j’ai imaginé peindre un paysage représentant une lisière de bois sous forme d’un polyptyque de même dimension : « Midi ».

Cette oeuvre devait exprimer une idée de plénitude, de volupté et de grande vitalité. Le rythme devait être plus rapide que dans le polyptyque « Crépuscule » dont la touche est plus retenue, plus lente et le climat proche d’une rêverie un peu mélancolique.

Le polyptyque « Aube » – 2008

 

 

 

Le troisième polyptyque « Aube », m’a été inspiré par un paysage familier de Carnac : une lumière que j’ai observée à maintes reprises face à la mer. J’y supprimerais toute trace de vie, je peindrais le ciel, la mer et le sable, comme un monde premier silencieux aux couleurs sourdes, avant l’éclatement de la lumière.

Pour peindre ce paysage, j’ai du changer ma manière picturale, peignant sans touches avec de larges brosses pour donner de la fluidité à la matière.

« Nuit/Chaos » – 2005

 

 

Pour cette dernière exposition, j’avais représenté à nouveau une montagne sous forme d’un dessin exécuté au pastel gras blanc sur une toile de 307 x 213 cm.

Il me semblait que le dessin exprimait le début ou la fin du jour, la genèse ou l’apocalypse.

Je voulais en trois polyptyques représenter l’aube, le midi et le crépuscule comme expression des trois temps de la vie humaine : la jeunesse, la plénitude et la vieillesse.

Musique (Bruno Cocset et Les basses réunies)

  • Bruno Cocset : Alto, ténor de violon, violoncelle & direction
  • Emmanuel Jacques : Ténor de violon & violoncelle
  • Mathurin Matharel : Violoncelle
  • Bertrand Cuiller : Clavecin & orgue
  • Richard Myron : Contrebasse

En savoir plus

concert-frescobaldi

Vidéo (Olivier Bouin)

Dans la vidéo le principe retenu par Olivier et Bernard Bouin a été de ne pas tenter de reproduire les peintures telles qu'elles sont présentées dans l'exposition : la vidéo de la peinture n'est pas la peinture de même que les enregistrements musicaux ne prétendent pas à reproduire le concert...

Pour l'Aube, ils ont travaillé sur la toile centrale du polyptyque en créant des images qui puissent être un écho aux musiques interprétées par Bruno Cocset et les Basses Réunies :

La première séquence ( J.S Bach ) s'ouvre sur la ligne de l'infini entre ciel et mer et l'apparition de la lumière se fait lentement ...

Pour le Midi, la lumière et son éclatement a été au coeur de leur préoccupation.

Le Crépuscule a été envisagée comme la représentation d'un long cheminement.

Nuit/Chaos : Dans la première séquence ( J.S Bach ) le passage entre le Crépuscule et la Nuit se fait lentement.

La deuxième séquence ( Géminiani )  est une élévation et la dernière ( J.S Bach ) comme une oscillation du temps ( voir les textes ci - dessous de Bruno Cocset qui leur ont servi aussi de base de travail )

Le retour à une ligne qui s'efface rappelle le premier plan de l'Aube : comme un éternel retour...

 

 

A propos du chant du jour

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *