Galerie Visconti – Paris, 1999

Une peinture de silence

C’est une peinture de silence que nous offre cet artiste dont  les expositions régulières ne sont jamais répétitives. Aujourd’hui un ensemble de natures mortes et de paysages nous murmure une mélodie retenue.

Car il s’agit bien de cela, d’un art en suspension, arrêté jusqu’à l’oubli de lui-même.

Un dessin  minutieux circonscrit  les formes sur lesquelles la lumière glisse imperceptiblement. Les objets simples, apparaissent dans une sorte d’apesanteur qui en  accentue le rayonnement lumineux. On retrouve cet  équilibre naturel dans les paysages  imprégnés d’une calme qui invite à la contemplation.  Il y a là une vision  du monde  empreinte de  ferveur et  même d’un élan mystique pourrait-on dire.

Bernard  Bouin aspire à nous faire partager les  rapports  secrets qui se tissent entre les choses et nous.

[ Gazette Hôtel Drouot 1er Janvier 1999 – Lydia Harambourg ]

www.bernardbouin.com

www.bernardbouin.com