Dialogue entre Claude Debussy et Mallarmé

Rencontre entre Mallarmé et Debussy

"Mallarmé vint chez moi, l’air fatidique et orné d’un plaid écossais. Après avoir écouté, il resta silencieux pendant un long moment, et me dit ‘‘Je ne m’attendais pas à quelque chose de pareil ! Cette émotion prolonge l’émotion de mon poème et en situe le décor plus passionnément que la couleur."

 

Lettre de Mallarmé à Debussy

« Cette musique prolonge l’émotion de mon poème. Il présenterait de dissonance avec mon texte, sinon qu’aller plus loin, vraiment, dans la nostalgie et dans la lumière. »

« Peindre non la chose, mais l’effet qu’elle produit ».

« Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème, qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer voilà le rêve… 

 

Vers écrits par Mallarmé sur un exemplaire de L’Après-midi d’un faune, qu’il envoya à Debussy après la première exécution

«Sylvain d’haleine première

Si ta flûte a réussi,

Ouï toute la lumière

Qu’y soufflera Debussy»

apres-midi-d-un-faune-5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retourner à l'installation